La cicatrisation des tissus garants de votre bonne récupération.

En général, l'anesthésie est loco régionale, ce qui a l'avantage de couvrir le temps de la période la plus douloureuse.

 

L'intervention est pratiquée normalement sous garrot pneumatique à la cheville et par des techniques de chirurgie mini invasive ou percutanée selon votre cas.

 

Vous bénéficierez normalement de l'apport de facteurs de croissance autologues (P.R.F = Platelet Rich Factors), c'est-à-dire, obtenus par prélèvement de quelques tubes de votre sang au bloc opératoire et qui seront centrifugés pour obtenir un caillot plaquettaire qui contient et concentre vos molécules et cellules nécessaires à la cicatrisation au niveau de la zone opérée.

 

Votre pied sera protégé par une orthèse ou par une semelle plâtrée moulée avec laquelle vous pourrez prendre appui immédiatement pour vous déplacer, aidé d'une ou deux cannes anglaises au besoin.

 

La protection selon le cas pourra être étendue à la cheville (attelle suro pédieuse).

 

Il est possible, selon ce qui aura été décidé après la consultation et/ou l'intervention, que l'appui soit différé de quelques jours.

 

La combinaison de l'anesthésie loco régionale, de la semelle plâtrée, et de l'apport de PRF associé aux antalgiques qui vous ont été prescrits (et qu'il est recommandé de prendre dès qu'un signal douloureux apparaît et persiste) fait que, depuis quelques années, environ huit patients sur dix ressentent peu ou pas de douleur.

 

Si vous devez être opéré(e) des deux pieds, le deuxième pied (le moins douloureux des deux) sera opéré lors de la deuxième semaine suivant le premier. Cette procédure nous a montré que les suites opératoires immédiates sont plus simples et que le délai de récupération est globalement identique si les deux pieds sont opérés en même temps.

 

En principe, la chirurgie du pied intéresse tous les tissus constitutifs, articulations et parties molles (capsules, ligaments, tendons). Ceux-ci ont donc besoin d'un certain temps de cicatrisation qui sont en moyenne quinze jours pour la peau, cinq semaines pour les capsules et ligaments, six semaines pour l'os.

 

Pendant ce temps de cicatrisation, il faut éviter les activités normales et le surmenage afin de ne pas provoquer par des appuis ou mouvements brusques et prolongés des complications post opératoires (hématomes, infections, déplacements osseux, déchirements ligamentaires et tendineux), ce qui pourrait compromettre le résultat final, prolonger les délais de récupération et d'arrêt de travail voire entrainer d'autres complications (algodystrophie, cals vicieux, arthrose, raideur, nouvelles déformations, nouvelles douleurs et nouveaux handicaps) ou encore aboutir à une nouvelle intervention.

 

Cette cascade malheureuse, toujours possible, est toutefois exceptionnelle si les consignes post opératoires sont bien respectées.

Si l'appui vous est permis et en fonction de ce qui aura été précisé dans votre cas particulier, il convient de prendre appui plusieurs fois (dix à quinze) par jours pendant trois à cinq minutes afin d'activer la pompe veineuse du pied et de la jambe et prévenir ainsi la maladie thromboembolique.

Copyright © 2018 COTMIN, Tous droits réservés