Cas clinique : La cheville

Cas 1 : Arthrose de cheville

​Patiente de 83 ans, présentant des douleurs de cheville droite d'horaire plutôt mécanique. Dans les antécédents on note une fracture bimalléolaire il y a 25 ans ayant été traitée de façon orthopédique. Le périmètre de marche est très limité, la patiente marche avec une canne. Les mobilités de cheville sont à : 0°/0°/15° avec une sous talienne estimée à 2/3.

Le bilan radiographique montre une arthrose talocrurale centrée sur instabilité de la syndesmose tibio péronière, et une arthrose du couple de torsion avec une atteinte majeure de la talo naviculaire.

Après avoir exposé les 2 solutions chirurgicales, la prothèse totale de cheville ou l'arthrodèse de cheville, nous avons choisi de réaliser une prothèse totale de cheville. Dans ce cas précis, la prothèse de cheville permet de conserver la mobilité talo crurale et ainsi d'épargner les articulations périphériques, notamment celles du couples de torsion déjà arthrosiques : sous talienne et talo naviculaire.

Patiente de 38 ans, hyperlaxe, présentant des douleurs avec sensation d'instabilité de la cheville gauche. Dans les antécédents on note une cure de lésion ostéochondrale du dôme de l'astragale gauche (LODA), de type fracturaire, dans l'enfance, avec repositionnement à ciel ouvert de la lésion. L'interrogatoire retrouve une sensation d'instabilité, des craquements antérieurs et postérieurs de cheville, avec des douleurs articulaires. La patiente à l'impression que son talon glisse dans sa chaussure lorsqu'elle porte des talons. L'examen clinique retrouve une laxité dans le plan sagittal et dans le plan frontal de la cheville, une laxité sous talienne, des douleurs articulaires antérieures à la palpagion de la face interne du talus et un conflit postérieur.

 

Le bilan d'imagerie réalisé retrouve une LODA antéro interne instable, et un conflit postérieur de cheville sur un volumineux os trigone mobile. Le ligament talo fibulaire antérieur est absent, le ligament calcanéo fibulaire est distendu et il existe une désorganisation de la structure fibrillaire du ligament cervical de la sous talienne.

Nous avons réalisé une ligamentoplastie anatomique de cheville gauche à l'hémi court péronier avec reconstruction des ligaments de la sous talienne, talo fibulaire antérieur, fibulo calcanéén avec retension capsulo ligamentaire à ciel ouvert. Et dans le même temps opératoire, une reprise de cure de LODA par arthroscopie antérieure avec curetage et micro fracture de la lésion. Enfin lors d'une 2ème installation, nous avons réalisé une cure de conflit postérieur par résection de l'os trigone par arthroscopie postérieure.

Patient de 42 ans présentant des douleurs rétro malléolaires externes, d’horaire mixte évoluant depuis plus d’1 an, et résistantes au traitement médical. L’examen clinique montre un varus de l’arrière pied, et une douleur en statique et en dynamique du tendon du court péronier.

 

Le bilan radiographique montre un varus de l’arrière pied de 7° sur les clichés de Méary, l’arthroscanner montre une tendinopathie fissuraire du tendon du court péronier.

Nous avons réalisé une tendoscopie des péroniers pour réaliser le bilan lésionnel et caractériser la lésion tendineuse (taille, poucentage de rupture, accessibilité à un geste sous tendoscopie. Dans ce cas il s’agissait d’une lésion complexe, non accessible à une régularisation tendoscopique. Cette exploration a permis de préciser l’étendue de la lésion et donc de limiter l’incision chirurgicale à la zone lésée. Puis nous avons réalisé une réparation à ciel ouvert. Nous avons associé une ostéotomie per cutanée de valgisation du calcanéum pour protéger notre réparation tendineuse.

Copyright © 2018 COTMIN, Tous droits réservés